Toulouse: les responsabilités cachées